Inscrivez-vous à notre newsletter

Programmation Ciné Bocage

Cette nouvelle programmation hivernale devrait réjouir les cinéphiles, et les surprendre avec, en particulier, les deux premiers films.

Border est réalisé par un jeune cinéaste iranien immigré en Suède à 22 ans, et qui se classe parmi les auteurs singuliers et prometteurs du cinéma fantastique contemporain. Tina et Vore sont inspirés du peuple Sami et l’auteur évoque la grandeur passée des Trolls.

L’étrange pouvoir de séduction du film japonais Asako I et II provient de la manière posée de traiter de la passion. C’est d’abord une singulière histoire d’amour, mais aussi un film sur la passivité et sur ce qui gronde en deçà de l’immédiat.

Retour en France :
Avec Un beau voyou, 1er long métrage de Lucas Bernard, où tout est délicieusement atypique, et où Charles Berling excelle face à Swann Arlaud.

Michaël Dacheux, avec L’Amour debout, suit la trame du roman d’apprentissage où sentiments et vocations s’épanouissent et se mettent à jour en quatre saisons. Il établit une correspondance entre les arts, et aborde la question récurrente de la précarité avec autant de noblesse que de malice.

Adapté du roman de Laurent Mauvignier, Continuer est une chronique du dysfonctionnement familial où pour la 1ere fois Joachim Lafosse dessine l’ébauche d’une reconstruction.

François Ozon évoque dans Grâce à Dieu le combat de jeunes victimes d’un prêtre pédophile avec des interprètes talentueux.

Kabullywood raconte l’acte de résistance de quatre étudiants assoiffés de vie qui vont au bout de leur rêve pour la liberté, la culture, le cinéma en Afghanistan.

Prix du public à Valladolid, Un coup de maître, film argentin, présente la relation d’un peintre loufoque et torturé et du propriétaire d’une galerie d’art.

Le 8 mars, séance spéciale Journée de la Femme, avec le film RAFIKI (et une rencontre).

Et enfin, pour compléter cette nouvelle programmation, deux cinés rétro : Le journal d’un curé de campagne de Robert Bresson, et Nuages épars.

Bonnes projections !
L’équipe de Ciné Bocage

Partagez cet article